Les jumelles idéales pour la randonnée pédestre

jumelle photo

Mais un look moderne n’est absolument pas comparable et ne devrait manquer dans aucun circuit de montagne ou de trekking. Parce que le plein air signifie “faire l’expérience de la nature”, et pour y accéder, l’écran binoculaire est une clé forte : C’est une honte ! D’autant plus important est l’information pour choisir la bonne jumelle et l’utiliser correctement.
Comment les jumelles sont-elles conçues pour la randonnée ?
Toutes les jumelles ont une optique en trois parties similaire qui fonctionne comme ceci :
a) Le système de lentille avant (lentille) à l’intérieur des jumelles produit une image inversée.
b) Il est rehaussé par des réflexions dans le prisme.
c) L’oculaire est en fait une loupe à travers laquelle l’image est agrandie. Le tout dans deux tubes reliés entre eux par un pont de flambement variable. De cette façon, les deux côtés sont parallèles et toujours précis dans une direction – sinon des doubles images désagréables sont créées ! Afin de faire la mise au point sur différentes distances, les lentilles à l’intérieur du boîtier sont déplacées par l’entraînement central. Les lentilles extérieures ne doivent pas bouger, sinon le “mouvement de la pompe” aspirerait l’air (et donc la poussière et l’humidité) dans le boîtier.
Agrandissement et diamètre de la lentille
Nous attendons une image agrandie et lumineuse des jumelles. Deux caractéristiques qui sont déjà exprimées dans la désignation du modèle par deux chiffres, par exemple “8 x 32”.

Le premier chiffre est le grossissement. Le rhinocéros (voir la galerie d’images ci-dessous) apparaît 8 fois plus grand dans des jumelles 8x que sans. Elle peut s’exprimer de la manière suivante : une jumelle 8x raccourcit la distance “visuellement” à 1/8 et éloigne apparemment le colosse d’environ 100 m jusqu’à 12,5 m. La distance entre les jumelles 8x est réduite à 1/8. (Cela semblait TRÈS proche sans clôture ni fossé !)

Les grossissements élevés montrent naturellement plus de détails, mais ont aussi un côté sombre :
a) L’agitation de la main est plus visible et l’image devient plus agitée.
b) Le champ de vision dégagé (la partie de l’image à une distance de 1 000 m) est plus petit, il offre moins de vue d’ensemble.
c) Au crépuscule, la luminosité de l’image diminue. Les jumelles standard offrent un grossissement de 7 à 10 fois. Vous devez tester par vous-même lequel est personnellement le “meilleur”.

Comme ceci : Utilisez différents grossissements pour observer les structures fines (affiches / polices supprimées) et juger quelle image est la plus agréable et contient des détails plus fins. En cas de doute, je recommande un grossissement plus petit, plus tard le verre sera de toute façon plus agité que dans un magasin. Et qui ne peut pas décider du tout : Vous ne ferez rien de mal avec un 8-fois !

Le deuxième chiffre est le diamètre de la lentille en mm, soit 32 mm pour le 8 x 32. Elle influence deux choses :

Plus l’objectif est grand, plus la lumière est collectée et plus l’image est lumineuse. Logique ! Au crépuscule, cet aspect est important, mais à la lumière du jour (tant que les élèves sont petits), il ne joue pas un rôle décisif. Par conséquent, le deuxième point mérite plus d’attention : le diamètre de la lentille de l’objectif détermine la taille des jumelles – et donc le poids ! Pour beaucoup, probablement LE critère décisif.